Page d'accueil

La Classe G électrique.

La Classe G électrique.

En 2024, Mercedes-Benz lancera sur le marché un modèle de l’emblématique Classe G à propulsion entièrement électrique. Outre les aptitudes tout-terrain bien connues de la Classe G, la version électrique apporte un plus très particulier, permis par sa construction avec quatre moteurs électriques: le «G-Turn». Ce tout-terrain surpuissant tourne sur place autour de son propre axe vertical. Equipée de la technologie EQ, la Classe G possède un moteur électrique pour chaque roue. Chacune peut ainsi tourner indépendamment dans des directions opposées, ce qui rend possible cette rotation digne d’un ballet. Le G-Turn s’effectue sans tourner le volant, en appuyant simplement sur un bouton de la console centrale.

Extérieur

Extérieurement, le prototype de la Classe G électrique ressemble comme deux gouttes d’eau à ses homologues à propulsion traditionnelle. Il présente toujours la même forme de caisse avec ses phares ronds caractéristiques. Parallèlement, des détails typiques à l’avant du concept-car évoquent l’ADN électrique: la calandre est remplacée par un habillage fermé, par ailleurs souligné par des LED. Un cadre lumineux ainsi qu’une étoile Mercedes éclairée et des éléments lumineux bleus distinguent ainsi discrètement mais fermement le modèle EQ de la Classe G de ses aînés. Grâce à des cercles blancs lumineux reprenant l’aspect des feux de jour, les rétroviseurs extérieurs font également référence à la propulsion alternative.

Intérieur

L’intérieur du prototype électrique de la Classe G reste fidèle au look des modèles de la même famille. Un écran numérique à double affichage, présentant le tableau de bord ainsi que d’autres éléments de commande et d’affichage, insuffle une atmosphère numérique. Des matériaux haut de gamme d’une qualité de finition impressionnante habillent l’habitacle. La large console centrale est également conservée. Il est probable qu’un concept d’éclairage d’ambiance avec beaucoup de lumière LED indirecte, dans le style des modèles EQ actuels, sera proposé.

Classe G électrique avec châssis en échelle.

Le G-Turn, que le modèle G électrique doit permettre d’effectuer, est impressionnant. Mais cette manœuvre, certes du plus bel effet, n’est que la cerise sur le gâteau des performances du tout-terrain électrique. En principe, le modèle EQ de la Classe G adopte sa propre conception: dans le plus pur style de la Classe G, sa base reste un châssis en échelle. Cela signifie que la Classe G électrique ne reprend pas l’architecture électrique modulaire (MEA) ni la plateforme EVA II sur laquelle reposent les autres modèles EQ de Mercedes-Benz. Il est clair que Mercedes-Benz considère la Classe G électrique comme un véhicule tout-terrain à part entière doté d’une propulsion électrique, et non comme un SUV électrique aux caractéristiques tout-terrain étendues.

Châssis en échelle modifié pour la batterie.

La construction en échelle a été modifiée et renforcée pour l’architecture électrique. Ainsi, le pack de batteries dans le plancher remplace les traverses qui ont dû lui céder la place. L’unité de batterie assume ainsi également des fonctions structurelles: elle permet d’abaisser le centre de gravité, ce qui a un effet positif sur les capacités tout-terrain de la Classe G électrique, et lui donne même un avantage par rapport à ses homologues: en matière de conduite inclinée, la Classe G électrique est clairement supérieure aux modèles à combustion! La batterie abaisse le centre de gravité si bas que le modèle G électrique est capable de se pencher de dix degrés supplémentaires sur le côté, atteignant ainsi un angle d’inclinaison de près de 40 degrés.

Au niveau du plancher, le coffre à batterie est protégé par une plaque extrêmement résistante et antichoc, vraisemblablement fabriquée en carbone haute résistance. Elle doit protéger le pack de batteries sensible aux chocs, dans le cas extrême où le SUV culte devrait entrer en contact avec des rochers pointus. Bien entendu, le coffre à batterie doit être étanche pour permettre

La propulsion électrique de la Classe G électrique.

Comme la Mercedes-Benz Classe G, le modèle EQ de la Classe G électrique est doté d’essieux avant à double triangulation, de suspensions à roues indépendantes et de jambes de suspension. A l’arrière, le prototype électrique de la Classe G présente un essieu rigide de construction De-Dion. Les deux moteurs électriques arrière sont vissés au châssis. L’entraînement est assuré par des demi-arbres séparés. Cette construction présente l’avantage de maintenir le carrossage et la voie des roues constants sur tout le débattement. Trois programmes de conduite (Eco, Confort, Sport) confèrent à ce prototype de Classe G électrique différentes caractéristiques pour la conduite sur routes normales. Les trois programmes tout-terrain (Trail, Sand et Rock) permettent de grimper hors des sentiers battus ou par monts et par vaux. Côté châssis, on peut imaginer des tailles de pneus allant jusqu’à 22 pouces et, bien entendu, des amortisseurs adaptatifs. Dans le modèle EQ de la Classe G, l’électronique de commande se trouve sous le grand «capot moteur». C’est pourquoi il n’y a aucun espace de rangement supplémentaire.

Classe G électrique à deux vitesses.

En ce qui concerne la transmission, la Classe G électrique fait également preuve d’originalité: elle a deux vitesses avant. Si l’on ajoute la marche arrière, elle dispose même de trois vitesses au total. La propulsion électrique du tout-terrain EQ est dotée d’une réduction 2:1, activable à l’arrêt par une simple pression sur un bouton. L’objectif est d’éviter tout risque de surchauffe qui pourrait survenir si les moteurs électriques, malgré de fortes intensités, tournaient très lentement pendant une longue période en roulant à faible vitesse en tout-terrain. La démultiplication permet aux moteurs électriques de tourner à des vitesses plus élevées tout en assurant un refroidissement suffisant. Pour une conduite particulièrement lente, le modèle G électrique dispose des trois modes Rampage D-, D et D+. Ils fonctionnent comme un régulateur pour les basses vitesses. Ils sont conçus pour des vitesses allant jusqu’à 3 km/h, légèrement supérieures à 6 km/h et 8 km/h. Les «palettes de commande» placées derrière le volant permettent au conducteur du modèle G électrique de sélectionner ou commander les modes. Grâce au mode Low-Range, les trois blocages de différentiel d’une Classe G à propulsion conventionnelle peuvent être reproduits dans la Classe G électrique.

Les performances de la Mercedes-Benz Classe G avec technologie EQ.

Avec la propulsion par quatre moteurs électriques, chacun d’entre eux entraînant une des quatre roues du tout-terrain électrique culte de manière sélective, on peut s’attendre à d’énormes performances. Pour le lancement sur le marché en 2024 de la Classe G électrique, une puissance allant jusqu’à 670 ch est tout à fait envisageable. Dans tous les cas, le tout-terrain électrique disposera de suffisamment de puissance sur les roues pour être à la fois agile et «léger». La technologie des batteries sera probablement la même que celle utilisée dans les modèles entièrement électriques Mercedes-Benz EQS et EQS SUV, dont les batteries ont une capacité de 108 kWh.

Câble de recharge en lieu et place de la roue de secours.

Comme le prototype dévoilé de la Classe G à propulsion électrique semble déjà presque finalisé, il est possible que le modèle de série soit également disponible avec une peinture bicolore. De même, le compartiment de rangement en forme de caisson devrait se trouver sur le hayon du SUV, à la place d’une roue de secours. La boîte verrouillable en forme de station de recharge pourrait par exemple être prévue pour le transport du câble de recharge.

Inscrivez-vous dès maintenant et recevez à l’avance des informations exclusives sur la Classe G électrique.

Les champs indiqués par un * sont obligatoires.




Nous vous conseillons volontiers.

N’hésitez pas à nous contacter.

Aarburg Adliswil Bellach Berne Bienne Bulle Granges-Paccot Lugano-Pazzallo Mendrisio Schlieren Stäfa Thun Winterthur Zollikon Zürich-Nord Zürich-Seefeld